Catégories
À la une Vie étudiante

La course

Arrivés sur les lieux de la course, tous les participants se présentent au kiosque d’accueil, avec un objectif commun. Ayant tous complété la feuille de sélection au préalable, il ne leur reste plus qu’à savoir s’ils sont qualifiés pour la première épreuve.

C’est à ce moment que les espoirs des certains s’effondrent. Avant même d’avoir eu la chance de montrer ce dont ils sont capables, ils sont éliminés. Ils retourneront chez eux déçus, se questionnant même parfois sur leur avenir en tant que sportif de haut niveau.

Les heureux élus, quant à eux, se rendent à la première épreuve : le test d’habiletés générales. Ne connaissant pas les barèmes ni les épreuves qui leur seront présentés, la fébrilité se fait sentir. C’est le moment de mettre à profit les heures de travail acharnées afin de faire ressortir toutes les expériences qui ont formé les athlètes qu’ils sont aujourd’hui.

Lors de cette première étape, certains se rendront compte qu’ils n’étaient pas prêts aux épreuves spécifiques qui leur sont présentées et s’enfargeront dans un piège qui leur était tendu. D’autres croiront avoir excellé. Peu importe le ressenti, les athlètes n’ont aucune certitude quant à leur sort : c’est le comité de sélection qui les évaluera, par rapport à leur performance globale.

Les yeux rivés sur l’écran géant, les résultats sortent les uns après les autres : c’est le temps de passer à la prochaine étape. Pour ceux qui n’ont pas su se tailler une place en finale, la déception s’invite… Certains n’auront sans doute pas la chance de refaire le classement l’an prochain, parce qu’ils n’y seront plus admissibles.

L’atmosphère s’alourdit et l’esprit de compétition est palpable. Les tout derniers candidats sont prêts à affronter l’épreuve finale, avec le peu d’énergie qu’il leur reste. Ne sachant toujours pas à quoi s’attendre, ils se préparent au pire. En ayant déjà vécu la première épreuve, ils approchent le processus de façon plus sereine, mais en gardant toujours à l’esprit que les barèmes sont subjectifs au comité de sélection et surtout, que la compétition est féroce.

En traversant la ligne d’arrivée, épuisés et vidés, nos grands sportifs se retrouvent face à l’épreuve mentale la plus difficile : l’attente. Après de longues heures de délibération, le verdict tombe : les candidats retenus sautent de joie alors que les autres sont anéantis.

Au terme de cette expérience que l’on pourrait qualifier de montagne russe d’émotions, tous nos heureux champions partagent leur victoire, ce qui démoralise encore plus ceux qui n’ont pas été choisis.

Le pire dans toute cette histoire, c’est que les critères utilisés étaient hautement subjectifs. Le tout dépendant toujours de quelle épreuve on leur présentait et de quel juge était présent. Au final, les vainqueurs seront ceux qui ont participé aux épreuves qui leur convenaient le mieux et donc, pour lesquelles ils ont le mieux performé.

Les conditions météo, leur sommeil, le terrain et tous les impondérables auront nui à certains, pour en favoriser d’autres.

Revenons à nos sportifs éliminés durant le processus. Deux choix s’offrent à eux : se taper sur la tête et regretter le processus, ou affronter de nouvelles épreuves. Qui sait, peut-être que l’opportunité se présentera à nouveau l’an prochain et que toutes les conditions seront réunies pour leur succès. Peut-être aussi qu’ils trouveront des épreuves et défis qui correspondent le mieux à leur profil, ailleurs.

Ce qui est certain, c’est que dans dix ans, nous célébrerons tous les victoires de nos confrères et consœurs, nous rappelant à peine de l’issue de cet événement qui a pourtant pris tant de place dans nos esprits au moment de son déroulement. Certains coureurs disqualifiés seront les juges de demain, et d’autres se seront complètement retirés du milieu.

Peu importe nos parcours, qu’ils soient surprenants ou non, nous avançons tous vers la version future de nous, qui est bien évidemment une meilleure version de nous-mêmes.

Au final, c’est en usant de perspective qu’on peut voir la beauté du monde qui nous entoure et toutes les avenues qui se présentent à nous.

Comme j’aime bien le répéter à mon entourage, « What is meant to be, will be ». Que vous ayez obtenu les résultats désirés à la course ou non, je suis certaine que chacun d’entre nous trouvera sa place dans ce monde aux mille et une possibilités.

BML avocats inc. est un cabinet d’avocats de Gatineau spécialisé en droit du travail depuis 1985 et, depuis 15 ans, il oeuvre aussi en droit civil et de la famille.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.