Catégories
Droit criminel et pénal

La couleur des détenus au Canada

Le Bureau de l’enquêteur correctionnel a déposé, à la fin de l’année 2013, un rapport axé sur la diversité ethnoculturelle en milieu correctionnel. Au cours des 10 dernières années, le nombre de membres des minorités visibles incarcérées (Noirs, Asiatiques et Hispaniques) a augmenté d’environ 75% alors que le nombre de détenus de race blanche a diminué. Au Canada, avec la surreprésentation carcérale des détenus des minorités visibles et des membres des Premières Nations, « on en voit de toutes les couleurs » ! À cet égard, le rapport recommande au Service correctionnel du Canada de créer, pour les membres de son personnel, un plan national de formation et de sensibilisation axé sur la diversité ethnoculturelle. Voici quelques chiffres pour illustrer la population carcérale au Canada.

Bien que le nombre de détenus de race blanche ait diminué dans les dernières années, cette catégorie de détenus représente environ 62% de la population carcérale. Ce n’est pas cette catégorie qui est alarmante, mais plutôt les suivantes.

Les « Asiatiques », catégorie qui comprend les Arabes, les Chinois, les Philippins, les Japonais, les Coréens et les ressortissants des Indes occidentales et orientales, représentent 6% de la population carcérale.

Les personnes d’origine autochtone, qui représentent seulement 4.3% de la population totale du Canada, constituent à eux seul le quart (25%) des détenus fédéraux. Cette catégorie inclut les Inuits, les Innus, les Métis et les Indiens de l’Amériques du Nord.

Les « Hispaniques », une catégorie toute petite qui représente uniquement 1% des détenus, a néanmoins doublé en 5 ans, élevant le nombre à 220 détenus.

Le nombre de personnes incarcérées de race noire a, quant à lui, explosé dans les dernières années. On note une augmentation fulgurante de 80% du nombre de détenus. Avec cette augmentation, cette catégorie forme un peu plus de 10% de la population carcérale alors qu’ils représentent moins de 3% de la population totale du Canada. Au même titre que le groupe des Autochtones, les détenus de race noire sont grandement surreprésentés dans le milieu carcéral.

Dans son rapport, le bureau de l’enquêteur correctionnel souligne également que près de 25% des détenus des minorités visibles ne sont même pas nés au Canada et parlent une langue autre que le français et l’anglais. Selon Howard Sapers, enquêteur correctionnel, « la diversité ethnique, culturelle, linguistique et religieuse de la population carcérale représente de grands défis pour le Service correctionnel du Canada en ce qui a trait à la participation aux programmes correctionnels et à la réinsertion sociale des délinquants ». Néanmoins, les détenus des minorités visibles sont moins nombreux à être condamnés une nouvelle fois à une période d’incarcération.

La diversité en milieu carcérale reflète bien la diversité démographique du Canada. Cependant, certains groupes sont grandement surreprésentés et leur nombre ne cesse d’augmenter. Toujours selon M. Sapers, « ce sont des tendances inquiétantes qui soulèvent des questions sur l’égalité et le système de justice au Canada ». Il faut noter également que le taux d’incarcération au Canada est l’un des plus élevés au monde.

graphiquecouleur

Audrey-Elizabeth Picard

Chronique criminelle et pénale

Audrey-elizabeth.picard@uottawa.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.