L’expérience d’une vie

Jérémy Roy

jroy133@uottawa.ca

Il y a un peu plus de huit mois, stressé par les examens finaux qui approchaient à grands pas, j’ai décidé de me lancer dans une aventure qui allait complètement changer mon parcours universitaire. Pris d’une envie monstre de changer mon quotidien et de pimenter ma vie, j’ai décidé d’aller étudier à l’autre bout du monde, dans le cadre d’un échange étudiant en Australie. En toute honnêteté, les démarches d’avant départ me paraissaient complexes et interminables… Plus d’une fois, j’ai voulu laisser tomber dû à la lourdeur du processus. Malgré tout, je réalise aujourd’hui que tout le travail à faire avant de m’envoler vers mon université d’accueil a réellement été l’unique point négatif de toute cette aventure et que toutes les heures à remplir de la paperasse en ont largement valu la peine!

 

Quelques semaines plus tard, j’embarquais dans un avion en direction de Sydney où j’allais passer les six prochains mois. Bien qu’excité à l’idée de vivre cette expérience unique, je partais aussi avec beaucoup d’appréhension. Le fait d’étudier dans une langue autre que le français et celle de me retrouver seul à plus de 15 000 kilomètres de la maison ont été deux angoisses qui m’ont accompagné tout au long du trajet de plus d’une vingtaine d’heures jusqu’en Océanie.

 

Dès la première escale, à l’aéroport de Charles de Gaule à Paris, j’ai eu la chance de rencontrer les trois personnes avec qui j’allais passer l’entièreté de mon séjour. Trois Parisiens qui, non seulement se rendaient à Sydney pour étudier à la même université que moi, mais aussi qui allaient habiter dans la même résidence que moi.

 

Après avoir quitté l’été canadien, j’arrivais en Australie dans ce qu’ils appellent « l’hiver », où la température oscille autour de 20 degrés Celsius. Mes journées en Australie se constituaient habituellement d’un après-midi passé à la plage suivi d’un verre en soirée. En prenant un cours intensif et un cours en ligne, j’ai eu la chance de n’avoir qu’une seule journée d’école par semaine.  Mon horaire souple m’a donc permis de découvrir l’Australie pendant la session. Durant mes longues fins de semaines, j’ai notamment eu l’occasion d’aller à Melbourne, de conduire sur la « Great Ocean Road », un incontournable, ainsi que de faire de la plongée sous-marine à la Grande Barrière de Corail.

 

Aussi, étant donné que l’Australie n’est pas très loin de l’Asie, j’ai pu me rendre en Corée du Sud pendant dix jours durant la session. Cependant, c’est réellement une fois que ma session s’est terminée que j’ai eu la chance d’explorer davantage. J’ai donc profité de mes vacances pour aller visiter la Nouvelle-Zélande et ses paysages magnifiques. C’est là où, pour la première fois de ma vie, j’ai sauté en parachute. Durant les deux semaines qui ont suivi, j’ai séjourné sur l’île de Bali en Indonésie, où j’ai profité de plages à couper le souffle. J’ai ensuite découvert l’incroyable cité-État de Singapour ainsi que son architecture futuriste avant de m’arrêter au Japon, qui a été ma toute dernière destination avant mon retour à la maison pour Noël.

 

Le baccalauréat en droit civil est une formation académique très spécifique. En effet, l’essentiel des cours proposés tourne autour de la pratique du droit civil au Québec. En recherche de nouveauté et avide d’élargir mes horizons, j’ai voulu partir loin dans le but de découvrir d’autres cultures, de rencontrer des gens de partout dans le monde et, je dois l’avouer, de relaxer tout en poursuivant mes études au rythme normal. En repensant à tout ce que j’ai eu la chance de vivre, je suis maintenant convaincu qu’un échange étudiant est une opportunité absolument unique et que tout étudiant a beaucoup à retirer d’une telle expérience.

 

La vie avance à un rythme effréné, si bien que dans peu de temps nous serons probablement tous sur le marché du travail. Pour ma part, je vois bien mal quand une opportunité comme celle-ci pourrait se représenter. C’est pourquoi je recommande fortement à tous ceux et celles qui ont encore la chance d’aller étudier à l’étranger de n’avoir aucune hésitation et de foncer dans ce qui pourrait bien être l’expérience d’une vie.

 

Pour plus de photos, rendez-vous sur Instagram : @jeremyroy73

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *