Mission au Mali

À la suite de la crise politique de 2012 qui bouleversa les régions au nord du pays, Avocats sans frontières Canada est venu apporter son soutien dans le but de protéger les victimes de discrimination basée sur le genre, d’assurer une assistance juridique auprès des victimes directes de la crise de 2012, et d’appuyer les juridiques locaux dans certains litiges stratégiques.

Deux projets menés par ASFC sont actuellement en cours : le projet Justice, prévention et réconciliation pour les femmes, les mineurs et autres personnes affectées par la crise au Mali (JUPREC) ainsi que le projet Renforcement de la Commission vérité, justice et réconciliation (RCVJR).

Justice, prévention et réconciliation

Le projet Justice, prévention et réconciliation pour les femmes, les mineurs et autres personnes affectées par la crise au Mali (JUPREC) a débuté en 2015 et prévoit se terminer en 2020. C’est dans un contexte de restauration de la paix et de la stabilité que le projet JUPREC prend une approche pluridimensionnelle dans le but de déterminer et de comprendre les causes et les conséquences de la crise de 2012. Fondamentalement, le projet cherche à protéger les droits des victimes du conflit armé, plus particulièrement les femmes et les enfants. À travers ce projet, ASFC utilise plusieurs méthodes et stratégies afin d’accomplir ces objectifs, notamment l’aide juridique, la résolution de litige de cas emblématiques de violations des droits de la personne, la gestion des acteurs étatiques et la lutte contre la corruption.

Voici quelques-unes des nombreuses réalisations rendues possibles grâce au projet JUPREC :

  • 38 000 personnes ont été rejointes par les actions de sensibilisation sur la violence basée sur le genre;
  • 3700 personnes ont pu s’exprimer à travers des espaces de dialogue qui se sont réalisés à plusieurs niveaux dans la société;
  • 3000 témoignages ont été recueillis auprès des victimes de la crise dans le cadre d’une vaste consultation menée dans des zones qui sont encore difficiles d’accès;
  • 1000 services d’écoute, de conseil, 
d’orientation ont été offerts à plus de 
500 personnes, dont 460 femmes.
  • 650 acteurs et actrices de la justice et 
membres d’organisation de la société civile ont été formés sur divers aspects entourant la représentation de victimes de violations de droits de la personne et la lutte contre la corruption.

Renforcement de la Commission vérité, justice et réconciliation

Ce deuxième projet, qui a débuté en 2017 et envisage de se terminer en 2019, a pour mission de faciliter la participation des victimes de violations des droits de la personne, particulièrement les personnes les plus vulnérables, à la réconciliation. À travers un esprit de collaboration et de réparation, l’objectif incontournable est de créer une paix stable durable au Mali.

En premier lieu, le projet RCVJR vise à offrir des recommandations à l’État pour que ce dernier puisse assurer les réparations nécessaires aux victimes et prévenir la résurgence du conflit.

Deuxièmement, tout en voulant donner une plate-forme aux victimes pour qu’elles puissent témoigner et ainsi faciliter les enquêtes, le projet cherche également à développer une relation de la confiance avec celles-ci dans le but de faciliter leur participation.

Il est important de mentionner que ces projets, comme tous les autres projets d’ASFC, sont rendus possibles grâce à plusieurs partenaires internationaux. En l’espèce, plus d’une quinzaine d’organisations maliennes participent en collaboration avec ASFC pour donner un avenir de paix au Mali.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *