Course aus stages : quelques conseils essentiels

CHRONIQUE EN DROIT DES AFFAIRES

Capture d’écran 2015-10-13 à 15.59.09

Ève Poulin-Goudreau apoul040@uottawa.ca

La course aux stages arrive à grands pas et il est maintenant temps de vous munir de recommandations essentielles à la réussite de votre course. En effet, même s’il est incertain que vous obtiendrez les stages convoités, la réussite réside plutôt dans le cheminement effectué à cette fin. À cet effet, Renata Uresti, la gestionnaire du Centre de développement professionnel (CDP) de la Faculté de droit civil à l’Université d’Ottawa, a eu l’amabilité d’accorder une entrevue au Journal Flagrant Délit. Voici donc ses conseils quant à la rédaction de la lettre de présentation et aux entrevues qui suivront.

À la question de savoir ce qui est indispensable à toute lettre de présentation, Mme Uresti débute en expliquant qu’une erreur dans l’en-tête est souvent fatale et qu’il faut prendre bien soin de s’assurer du nom du destinataire si l’on compte postuler auprès de plusieurs cabinets. Ceci étant, la gestionnaire du CDP explique ensuite que la lettre devrait comprendre trois parties. D’abord, il est important de démontrer l’intérêt qu’on a pour le cabinet en repérant certains aspects spécifiques qui nous attirent chez ce dernier. En réponse à l’idée que plusieurs cabinets participants semblent similaires à première vue, Renata Uresti réfute qu’il est toujours possible et parfois nécessaire d’établir des distinctions au niveau des clients, des domaines d’expertise ou des exploits propres à chacun. Il faut alors les cerner et les incorporer dans la lettre de présentation tout en démontrant en quoi ces particularités nous interpellent. Il peut donc être important d’étudier le site internet des cabinets. C’est aussi dans cette section qu’on mentionne les personnes avec qui on a eu la chance de discuter lors d’évènements organisés par la firme. Tout cela vise à permettre au recruteur de constater votre intérêt réel envers le cabinet.

La seconde partie de la lettre est réservée à votre mise en valeur. En effet, c’est le moment d’exposer les qualités qui font de vous le candidat idéal aux yeux du recruteur : « par exemple, si la firme auprès de laquelle vous postulez s’annonce très entrepreneuse, il faut repérer des expériences qui témoignent de votre entrepreneurship », renchérit la responsable du DCP. Il est pertinent de reprendre certains éléments-clés énumérés dans le curriculum vitae afin de détailler vos aptitudes et accomplissements. Mme Uresti maintient que vos compétences doivent se marier aux attentes et au profil du cabinet; vous susciterez alors l’intérêt nécessaire à l’obtention d’une première entrevue. Cela nous mène au dernier paragraphe, lequel doit établir le fameux fit entre le cabinet et vous, ajoute la gestionnaire du CDP. C’est ici qu’il faut expliquer comment vos attributs non seulement s’accordent avec ceux du cabinet, mais aussi, lui sont considérablement profitables. Il est crucial de démontrer clairement à l’employeur que vous êtes ce dont ils ont besoin.

Passons maintenant aux points saillants d’une entrevue réussie. À ce sujet, Mme Uresti affirme qu’il est essentiel d’être à l’écoute des questions posées. Il arrive parfois que les étudiants s’étendent sur des points non pertinents sans jamais répondre à la question ou encore que l’interlocuteur n’arrive tout simplement pas à obtenir l’information désirée. Il est ainsi primordial de cerner les atouts recherchés sous-jacents à la question posée afin de garder le contrôle de l’entrevue, l’idée étant que vous êtes responsables de votre propre prestation. Chaque question est l’occasion rêvée de dévoiler vos forces et de fournir l’information qui vous attribuera le rôle de candidat idéal. Ainsi, si l’on vous pose une question concernant un emploi obtenu dans le passé, la réponse devrait comprendre la mention d’une expérience qui témoigne d’un trait de caractère utile à l’accomplissement de vos fonctions éventuelles. Une bonne entrevue ne doit pas se résumer à un questionnaire taciturne, mais doit plutôt permettre un échange riche et proactif.

Ève - Fév - SuccèsPrenons l’exemple d’une expérience en restauration. Vous pouvez mettre l’emphase sur le défi que représentait les attentes d’une clientèle distinguée et enchaîner en précisant que vous l’avez relevé au moyen d’un travail d’équipe optimal et d’un professionnalisme rigoureux, qualités convoitées chez un employeur. Cette capacité à bâtir des réponses s’articulant autour des aptitudes que vous aurez choisi de mettre de l’avant constitue, selon Mme Uresti, la différence entre « un candidat qui sait se vendre et un qui n’y arrive pas ».

En espérant que cet entretien saura vous éclairer un tant soit peu,

Bon succès camarades !

***Le portail ouvre le 1 février et ferme le 10 février et les entrevues commencent le 7 mars***

Author: Administrateur

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *