« Justice, prévention et réconciliation »

AVOCATS SANS FRONTIÈRES

Érika Escalante

Érika Escalante recherches@asfuottawa.ca

Le 15 juillet 2015 : Date officielle de l’entrée d’ASFCanada sur le territoire africain pour le projet Justice, prévention et réconciliation (JUPREC) à Bamako au Mali. Justice et droits humains sont les mots d’ordre de l’Organisation dans cette mission. Le déploiement de leur troupe a comme objectif de venir en aide à la population malienne qui est durement ébranlée par la crise qui perdure dans leur pays depuis 2012. Plus précisément, les civils sont victimes de graves violations de leurs droits les plus fondamentaux par les différents groupes armés présents sur leur territoire, notamment de viols, d’exécutions sommaires, d’actes de torture, d’enrôlement d’enfants, de détentions arbitraires et de destruction de monuments historiques et religieux. Ceci dit, l’état critique de la détérioration de l’exercice des droits des femmes et des droits bafoués des mineurs préoccupe ASFCanada, d’où leur volonté d’intervenir auprès de ces groupes vulnérables.

Au vu de la complexité du contexte malien, les prochaines lignes tenteront de vous dresser un bref portrait historique de la crise qui s’abat sur ce pays afin d’en comprendre sa nature. L’éclatement de la crise au Mali trouve ses origines d’une part de l’occupation du Nord du Mali par le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), qui revendique l’autodétermination de l’Azawad, accompagné de groupes islamistes. Cette rébellion touarègue est l’une des conséquences de la guerre civile en Lybie puisque c’est suite à la chute du régime politique de Kadhafi en 2011 que les combattants touaregs, qui étaient engagés dans l’armée libyenne, ont quitté ce pays pour rejoindre à nouveau le Mali et s’emparer de plusieurs régions du Nord. D’autre part, ce conflit fut amplifié par un coup d’État militaire dans la région de Bamako, qui a abouti au renversement du régime du Président malien Amadou Toumani Touré. Depuis, les affrontements entre les forces armées maliennes et les différents groupes rebelles et djihadistes se sont multipliés, semant ainsi la terreur auprès de la société civile du Mali.

Suivant le coup d’État, la réponse internationale sur le terrain fut instantanée. Or, l’intervention des différents organismes sur le territoire africain prêtera main forte au gouvernement malien qui a peine à se restructurer. Leur aide vise entre autres à résoudre la crise actuelle, à restaurer la stabilité jadis présente sur le territoire malien et à rétablir l’État de droit. Pour ce faire, ils priorisent la justice transitionnelle. Cette forme de justice est appliquée dans un contexte de conflits donnant lieu à de graves violations du droit international. Ses objectifs sont la reconnaissance de ces violations, la recherche de la justice pénale et réparatrice, la prévention de nouveaux crimes ainsi que la réconciliation nationale par le rétablissement de la paix, de l’État de droit et de la démocratie. Suivant cette voie, les intervenants au Mali proposent des mesures humanitaires dont l’instauration d’un programme de réparation pour les victimes du conflit. Ce projet d’envergure est un pas de plus vers l’accessibilité à la justice et la défense des droits humains qui, rappelons-le, sont des objectifs d’ASFCanada.

En terminant, si la crise profonde qui s’abat sur Mali vous interpelle et que vous aimeriez en apprendre d’avantage sur ce sujet, joignez-vous à nous dans la SEMAINE DU 16 NOVEMBRE pour l’ÉVÈNEMENT CONFÉRENCE MIDI MALI organisé par votre club d’ASFuOttawa. Les informations exactes sur l’évènement vous seront communiquées sous peu. Au plaisir de vous y voir!

La Presse

La Presse

Source : AVOCATS SANS FRONTIÈRES CANADA, De la crise à une paix durable : La justice et les droits humains dans un contexte de transition au Mali, En ligne :<http://www.asfcanada.ca/documents/file/asf_rapport_malie_v5_web.pdf>(consulté le 18 octobre 2015).

Author: Administrateur

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *