L’Association de la Protection des Animaux de l’Université d’Ottawa

Il s’agit ici du dernier texte que l’Association de la Protection des Animaux de l’Université d’Ottawa publiera cette année à l’égard du droit animal et de ses avancées. Pour boucler le tout, nous avons cru important de vous faire un sommaire de ce qui s’est passé dans les dernières années sur la scène politique à l’égard de ce droit, un droit encore très évolutif alors qu’il se range et se partage dans plusieurs des pouvoirs conférés au fédéral, certes, mais aussi au provincial. Bien que notre approche optimiste nous amènerait à ne voir que le positif dans l’évolution du droit animal chers lecteurs, il va-de-soi que du travail doit encore être fait. Pour progresser, il est toujours important de bien contempler les deux revers de la médaille.

Un article de Jasmine Poulin

Profit : plus que l’argent ?

Automatiquement, lorsqu’on pense à l’objectif principal d’une grande entreprise, une seule chose nous vient en tête : le profit ! Toutefois, dans une nouvelle tendance, de nouvelles entreprises ont décidé de briser les barrières et les conventions pour redonner à la communauté dans le cadre de leurs activités.

Un article de Faye Proulx

Mission au Mali

À la suite de la crise politique de 2012 qui bouleversa les régions au nord du pays, Avocats sans frontières Canada est venu apporter son soutien dans le but de protéger les victimes de discrimination basée sur le genre, d’assurer une assistance juridique auprès des victimes directes de la crise de 2012, et d’appuyer les juridiques locaux dans certains litiges stratégiques.

La vertu du dogmatisme

Dans notre société occidentale, le dogmatisme est une façon de faire de la politique qui est méprisée par monsieur et madame Tout-le-Monde en général. On l’associe bien souvent aux pires dictatures que notre monde ait connues et cette conception politique donne l’image d’un dirigeant très peu friand de compromis et de demi-mesures. Par opposition au dogmatisme, le pragmatisme détiendrait le monopole de la vertu et serait la façon la plus glamour de faire de la politique. On penche à gauche par ci, à droite par-là, on émet des réserves sur une position, on se plie devant la moindre réticence populaire et on se qualifie de centriste. Comme si être centriste était en soi une vision politique.

Un article de Nicolas Rioux